Priorités de financement

Mise en contexte:

Notre analyse nous a permis de constater que notre société est de plus en plus en crise et que, au lieu de diminuer, les tensions n’ont fait que s’accroitre. Le niveau des inégalités sociales entre les personnes et entre les régions au Québec est moins élevé qu’ailleurs au Canada et aux États-Unis à plusieurs égards. Les écarts ont malgré tout continué de s’accroître depuis 30 ans. Le 1% des plus riches a vu ses revenus doubler alors que ceux des 99% restants ont essentiellement fait du surplace. Les grands centres urbains ont vu leur population croître pendant que bien des régions éloignées de la grande ville de Montréal ont connu des situations de dévitalisation. Il y a une crise écologique. L’on parle de transition. Mais quelle transition souhaitons-nous? L’on constate des replis identitaires. Les solidarités à la base de toute société sont mises à mal.

Pour en savoir plus sur la mise en contexte, consultez l’analyse de la conjoncture (PDF – 772 Ko).

Priorité:

Sur la base du regard que l’on porte sur ce qui nous entoure et des défis qui traversent la société québécoise actuellement, la Fondation Béati soutient des initiatives qui:

«Permettent le développement de solutions audacieuses, permettant de réels changements en profondeur, pouvant contribuer à construire et à consolider des solidarités, permettant à l’ensemble des citoyennes et citoyens, en particulier les personnes en situation de grande fragilité, comme à l’ensemble des communautés locales dévitalisées de vivre dans la liberté et la dignité en égalité et en droit.»

La Fondation demeure toujours sensible aux projets qui cherchent:

  • Le renforcement du pouvoir d’agir: permettre à des personnes en situation de pauvreté ou d’oppression de reprendre ensemble du pouvoir sur leur vie afin d’intervenir collectivement sur les causes de la pauvreté/de l’exclusion.
    • Le projet soumis fait une large place à un processus réciproque d’analyse et de conscientisation (ce qui postule un échange des savoirs).
    • Le projet soumis conduit à une réelle mise en action (empowerment) individuelle et collective des personnes concernées.
    • Le projet soumis ouvre des avenues qui favorisent la participation et l’engagement citoyen aux affaires publiques et communautaires de personnes mobilisées par le projet soumis.
  • Le développement d’un meilleur vivre-ensemble: permettre de tisser, retisser des liens entre des groupes, des citoyen.ne.s, permettant de transcender des points de vue différents et de conduire à des solidarités concrètes ayant pour but une transformation sociale.
    • Le projet soumis cherche à lier, à construire des espaces de dialogue, d’échange.
    • Le projet soumis permet de construire des solidarités concrètes à partir d’enjeux partagés.
    • Le projet soumis vise à faire avancer un enjeu de justice sociale.
  • Le développement des communautés locales: mobiliser largement les organisations et les citoyen.ne.s d’une communauté en vue d’agir de façon collective sur la revitalisation de leur milieu.
    • Le projet soumis s’appuie sur une mobilisation large (multi réseaux, multisectorielle) de la population et des acteurs locaux.
    • Le projet soumis agit sur plus d’un volet (social, économique, culturel ou environnemental) en vue de contrer la dévitalisation d’une communauté.
    • Le projet soumis a des effets sur l’ensemble de la communauté (impact/effet transversal).
  • Toutefois, ces enjeux ne constituent pas en un critère d’acceptation des projets.

Mise en contexte:

Notre analyse nous a permis de constater que l’expérience religieuse et spirituelle prend aujourd’hui des formes plurielles autant à l’intérieur des grandes traditions religieuses que dans l’espace privé. Cependant, nous sommes de ceux et celles qui croient que le fait religieux n’est pas que chose du passé, mais qu’il traverse encore de façon importante notre rapport à l’autre et à ce qui nous construit comme société.

Pour en savoir plus sur la mise en contexte, consultez l’analyse de la conjoncture (PDF – 772 Ko).

Priorité:

Sur la base du regard porté sur ce qui nous entoure et des défis qui traversent la société québécoise actuellement, la Fondation Béati priorisera des initiatives:

«Porteuses et témoins d’une spiritualité ouverte et d’une pratique tournée vers la justice sociale, où le faire et le vivre ensemble sont des lieux privilégiés d’émergence des questions de sens. Ces pratiques refusent l’exclusion, le prosélytisme et toute forme de fondamentalisme.»

La Fondation demeure toujours sensible aux projets qui cherchent:

    • La transformation des repères de sens: projets qui, dans une perspective collective, ont opté pour la transformation des repères de sens traditionnels ou l’exploration de nouveaux repères de sens qui nourrissent, invitent à l’engagement social.
      • Le projet soumis par un organisme communautaire se caractérise par son ouverture et l’intégration dans sa pratique de questions de sens ou spirituelles.
      • Le projet soumis par un organisme à caractère religieux qui se caractérise par son ouverture et l’intégration dans sa pratique de questions de justice sociale ou d’un engagement dans un enjeu social.
    • L’engagement social des communautés de foi: projets à caractère œcuménique ou interreligieux, qui permettent aux acteurs et actrices d’être solidaires des enjeux sociaux.
      • Le projet soumis est initié par un groupe et/ou un regroupement d’organisations à caractère religieux préoccupé d’agir dans son milieu afin de contribuer à plus de justice sociale.
      • Le projet soumis associe, en tout ou en partie, des membres de groupes différents provenant d’horizons spirituels divers.
      • Le projet soumis permet d’établir des passerelles, des collaborations entre des groupes ayant une identité religieuse et des partenaires sociaux, en vue d’actions communes.
    • La transmission d’un héritage spirituel: projets favorisant la transmission/traduction d’un héritage spirituel enraciné dans le charisme et les pratiques de groupes ou institutions religieuses préoccupées de justice sociale.
      • Le projet soumis permet d’être en contact avec des groupes, des personnes, des communautés, porteurs et témoins d’une spiritualité liant l’expression de leur option de foi à l’engagement pour la justice.
      • Le projet soumis permet de rendre visible les options et les valeurs qui sont au cœur de cet héritage spirituel.

Toutefois, ces enjeux ne constituent pas en un critère d’acceptation de projet.

* Pour connaitre la date de tombée et/ou pour soumettre votre projet, consultez la section «Soumettre une demande».